Tag Archive: Gloire à Kim Jong-Il


Tranche de vie à Pyong Yang (42)

– C’est elle, Bitumeux Boulevard à Quatre Voies Qui Sont Tout Aussi Impénétrables Que Celles Du Seigneur Lequel N’Est En Fait Pas Vraiment Le Seigneur Puisque Votre Altesse Surpuissante Est Bien Entendu Largement Au-Dessus De Lui.
– Dites donc, vous vous êtes un peu embrouillé, là, Pyang. Vous l’avez échappé belle, c’était bien rattrapé. Enfin essayez de faire plus court la prochaine fois, ce n’est pas que je déteste le superlatif, mais j’aime autant qu’il soit bien tourné.
– Je m’efforcerai de m’en souvenir, Venimeux Navire à Voile et à Vapeur.
– Donc c’est elle ?
– C’est bien cela.
– Laissez-moi faire, Pyang. Écoutez bien. Alors la Marguerite ? Li vouch’ plou qu’èt sul’ pio d’eul shpoual ? Qu’ess pouij d’ek vol ni mourmal’ton, hein ?
– Meuh !
– Je vois, je vois.
– Vous… vous comprenez le langage des animaux, Formidable Créateur Du Temps Qu’On A Mis Pour Arriver ?
– Évidemment, Pyang, évidemment, comment croyez-vous que j’ai pu converser avec votre femme l’autre soir ?
– Ma femme… Vous voulez dire que… ?
– Un orang-outan femelle que j’ai fait tondre avant de vous la présenter. Je vous avais bien promis de vous trouver une épouse avec laquelle vous serez parfaitement assorti. Ça n’a pas été facile, vous pouvez me croire.
– Je pensais qu’elle était de la campagne, c’est pour cela que je n’arrivais jamais à comprendre ce qu’elle disait ! Je comprends mieux maintenant.
– Bon, et puis la Marguerite, là, c’est pas compliqué. Elle en a marre de rester dans ce hangar puant, elle a envie d’air pur, de ciel bleu, d’herbe verte et tout le tralala. C’est pour cela qu’elle refuse de donner du lait, qu’elle dit. Alors vous savez quoi, Pyang ? Vous allez la faire sortir d’ici et lui faire faire un petit tour à l’abattoir, qu’elle se change les idées, hein ? De l’herbe verte et du ciel bleu, et puis quoi encore ? Pourquoi pas la liberté de la presse et des toilettes publiques, pendant qu’on y est ?
– Incroyable qu’une simple vache ose se plaindre de votre gestion parfaite du pays et de ses ressources, Père De l’Histoire Et De La Préhistoire Aussi Mais Sans La Peau De Bête Et Le Front Buté.
– N’est-ce pas ? Vous verrez qu’un jour, si on n’y prend garde, les femmes s’y mettront.
– Les femmes ? Oh oh oh, cela paraît tellement invraisemblable, vous pensez vraiment que…
– Enfin pas la vôtre, hein Pyang, pas la vôtre, parce qu’en plus d’être une primate, c’est une primate attardée. Elle n’a pas essayé de vous éplucher la bite comme si c’était une banane, dites-moi ?

– Ah si, si ! J’ai cru que c’était une coutume campagnarde. C’était euh… douloureux mais pas si désagréable. Avant qu’elle ne se mette à mordre dedans à belles dents, bien sûr.
– Ahahahah, j’en étais sûr. Vous avez bien fait de vous confier à moi pour votre mariage, je manquais d’occasions de me réjouir ces dernières semaines. Avec le mur de laine de briques qui tourne au ralenti, Mimine qui veut des pêches quand il n’y a que des pommes et maintenant les vaches qui se rebellent, je suis heureux de pouvoir compter sur vos péripéties conjugales pour me mettre du baume au cœur, Pyang.
– C’est une joie pour moi de savoir que mon quotidien est une perpétuelle source d’hilarité, Virulent Prophète De Sa Propre Venue Et Apôtre De Sa Propre Parole Et Messie De Sa Propre Mission.
– Quant à la Marguerite… Né voul’ que s’poite lo vis ! Pelle ta guetche !
– Meuh !

– Et va fanculo !

Tranche de vie à Pyong Yang (41)

” Alors, voyons voir cela…
– Voici, Prince Parmi les Princes, la maquette de votre nouveau site!
– Ca a de la gueule, j’avoue Zwung, j’avoue. C’est vachement moderne et tout.
– Regardez ceci Puissant Architecte de l’Ordre des Choses, c’est une photo de vous tordant le bras a Vladimir Poutine un soir de beuverie! Un contenu irreprochable assurement. Le Mur de Laine de Briques, ah! Quelle blague! Voici l’avenir du blog Insoupconnable Muse de toutes les Vertus de ce Monde.
– Hehehe, ces petits cretins croyaient peut-etre pouvoir rivaliser avec nous, hein Zwung? Nous poignarder dans le dos de la sorte! Je ne pourrais m’en remettre Zwung, sachez le!
– C’etait ignoble, Immense Baryton qui Resonne au Trefond de l’Enfer!
– Alors, qu’est ce que vous nous proposez d’autre?
– Eh bien, j’ai bien une video de vous en train de marteler la tete de Clinton contre le mur, on vous voit, Splendide Iris qui Scrute l’Univers Inconnu, coller un sacre pain a un dromadaire. Encore mieux que Conan le barbare!
– Hehehe, voila qui est prometteur, je n’en doute point. Une bien belle soiree en effet. Mais, que vois-je ici?
– Cela, Cerebral Gorille qui Feconde les Esprits, est un projet de mots fleches tout a fait redoutable.
– Splendeur sans Limite qui Enflamme nos Sens chaque Jour Qu’Il Fait, en neuf lettres…
– …
– Hahaha! Delicat mon petit Zwung, raffine, subtil et j’oserais dire, ennivrant! Et puis la… Il reunit les dieux dans la paume de Sa Main en neuf lettres…
– …
– Hahahaha mais oui splendide! Tres belle grille Zwung, vous possedez un esprit fin, bien que simiesque vous en conviendrez.
– Palpable Bonte Humaine! C’est urgent, s’il vous plait, je vous supplie de m’ecouter!
– Eh bien qu’y a-t-il Wang Lee, vos lunettes vous oteraient-elles la trique?
– Rien de comparable, Maitre qui Possede mon Ame et ma Vie, Tranxenne est de retour!
– La vache…
– Il a poste le vingt huit mars…
– La vache.
– … un web-comic qui marie avec beaucoup de tact sexe et jeu de role.
– La vache! Ils m’en bouchent un coin! Comment ont-ils pu etre si reactifs? C’est a ni rien comprendre! Zwung, vos mots fleches font pale figure en comparaison, vous serez depece demain a l’aube.
– Christique Oxymore des Mondes Etheres! Nous possedons, nous aussi, notre equipe de redacteurs. De veritables requins, je vous l’assure. Y figureront: Vallium, Ecowboy, Johnny Bump, Homard Mastoc…
– Qu’on les pende alors! Wang Lee!
– Petit Cube de Bouillon qui Rend mes Plats Savoureux?
– Comment ils font la CIA hein? Nous le recadrer si vite! Peut etre n’aurais-ja pas du eclater ce pauvre Bill apres tout…
– Point de remords a avoir Visionnaire Gourou des Realites Paralleles! Ces gars sont juste trop balezes pour nous…
– Epargnez moi ces geremiades de bouc… mes bourreaux vous decapiteront au chant du coq. Bien, messieurs, n’oubliez pas que demain est une journee avec chemise, et on repasse tous au veston a trois boutons. Et puis trouvez moi un bon ternet nord-coreen que je jette un coup d’oeil a ce nouveau post…

Tranche de vie à Pyong Yang (40)


” Qu’est ce que c’est que ce putain de bordel intersidéral que vous nous avez foutu la bande de crétins blanchards de merde?
– Mais je ne comprends pas Votre Irradiante Noblesse de l’Âme! De quoi parlez-vous donc?
– C’est que vous vous foutez encore de ma gueule ma parole! Eh quoi toi, la cravate bordeaux puante là? Hein? Qu’est ce que t’as à me regarder comme ça? Tu me prends pour ta soeur?
– Seigneur Vous, Invincible Goliath Souverain des Hommes! Nous ne comprenons pas Votre Divin courroux!
– Faut peut-être vous le dire en flamand hein? Vous êtes allé sur le Mur de Laine de Briques ces derniers temps?
– C’est à dire que, en fait…
– Voilà, c’est non bien sûr, cessez de me vendre des vessies pour des lanternes, sacs à foutre moisi! Vous savez ce qu’on y lit dans les commentaires? Hein? On y lit: “J’ai juste pas envie de m’occuper du blog en ce moment. Ça reviendra ou ça reviendra pas…”, signé Tranxenne – qui porte de nouveau son ancien pseudo, grand bien lui en a pris. Vous pouvez m’expliquer ce foutoir?
– Gigantesque Cluster Primordial de l’Antimatière, rien ne laissait présager une telle tragédie, et je vous assure que nous n’y sommes pour rien dans cette histoire et…
– Une seconde blanche fesse. Qu’est ce qu’il y a Clinton, ça vous fait marrer peut-être? Vous trouvez qu’on devrait s’en taper une bonne tranche de bison hein? Vous vous croyez à Charm El Cheikh?
– Mille excuses Gluante Hydralisk qui se Fraie un Chemin dans le Lit de nos Femmes… Le choc de la nouvelle sans doute, rien de plus…
– Mouais, contentez vous de la fermer jusqu’à nouvel ordre. En attendant, lequel de vous, misérables déchets gastriques, pourrait arrêter de prendre une tronche à la Moe Szyslak et me rammener ce Tranxenne par la peau du cul sur le Mur? Foutez moi votre satané CIA de mes deux sur cette affaire, illico! J’exige! Mais… Mon Dieu misère… Qu’est ce qu’il y a encore Clinton, ça vous fait marrer? On n’en sortira jamais. Tong! Courrez quérir des dromadaires sur l’instant! Je crois bien qu’on est en train de le perdre…

Un jour comme les autres, en Corée du Nord

“Mais enfin Mimine, puisque je te dis qu’ils n’ont que des pommes.”

Tranche de vie à Pyong Yang (39)

– Bon alors vous, vous et vous, on se demande pourquoi vous êtes venues. Oui je sais bien que vous avez été convoquées. C’était une figure de style. Kwun ?
– Trépidulant Symptôme Viral ?
– Vous vous êtes fait aider par un aveugle pour votre sélection ? Certaines de ces filles feraient passer votre mère pour la gagnante de Miss Camping à Zilverstrand, et pourtant votre mère est affreusement laide, ce n’est pas pour rien qu’on l’a laissé passer au Sud.
– Nous avons pourtant méticuleusement passé en revue tous les contingents féminins du pays avant d’établir notre choix, Funambule Archétype de la Perfection, et ces huit femmes sont les plus aptes à la mission que vous souhaitez, dans votre grande sagacité, leur confier.
– Oui alors, mon bon Kwun, désolé de vous le dire si abruptement, mais vous avez tout faux. Déjà ces jupes sont beaucoup trop longues. Cet uniforme, c’est d’un austère ! Il nous faut des costumes un peu plus tralala.
– Tralala ?
– Oui, Kwun, tralala. Ça vous fait rire ? Vous voulez apprendre le ballet sur charbons ardents ? C’est une discipline qui a ses adeptes, vous savez.
– C’est… c’est que… j’ai déjà mes cours de natation en eau bouillante, Imperturbable Océan de Bienfaisance, et de nouveaux cours risqueraient de sévèrement minimiser des progrès pourtant constants.
– Bien, bien, c’est vrai, j’avais oublié. Bon mais sérieusement, trouvez-nous des costumes un peu plus affriolants ! Des couleurs vives ! Des plis ! De la dentelle ! Franchement, Kwun, on les croirait sorties d’un couvent vos filles. Elles sont moches, mal fagotées, et en plus elles sont beaucoup trop vieilles. Vous êtes allé les chercher chez les vétérans des guerres contre les Mongols, c’est ça ? C’est pas avec de tels débris que je vais monter mon groupe de pop qui rivalisera avec les Morning Musume elles-mêmes.
– Mais, Resplendissant Gong Inspirateur des Plus Hautes Pensées, vous pouvez être assuré de leur plus haute aptitude dans les domaines de la danse et du chant.
– Mais on s’en branle qu’elles sachent chanter, Kwun, on s’en branle. Je monte un groupe de pop, pas une chorale. J’ai décidé de devenir le Tsunku coréen et rien ne m’en empêchera, vous m’entendez, Kwun ? Rien ! Et surtout pas votre incompétence la plus totale pour tout ce qui concerne la gent féminine. Je me demande d’ailleurs pourquoi je vous ai confié cette mission, maintenant que j’y pense. Il suffit de voir votre femme pour se rendre compte que vous n’êtiez pas la personne à qui se fier pour cette tâche requérant somme toute un minimum de goût et de bon sens. Quel âge a votre fille ?
– Elle vient d’avoir 13 ans, Inamovible Loi du Monde.
– Vous me l’enverrez, je verrais ce qu’on peut en faire. Peut-être que dans les chœurs… pas trop dans la lumière… *soupir* Ahlala, on est quand même pas aidés.

Tranche de vie à Pyong Yang (38)

– Or donc c’est cela un ternette ?
– Cela même, Capripède Sultan des Dimensions Asymétriques. Grâce à ce réseau international il nous est possible d’accéder instantanément à de l’information partout dans le monde.
– Bien, bien, c’est parfait, seulement un seul ternette cela ne me semble pas suffisant. D’ici demain je veux que vous m’ayez sécurisé quinze à vingt ternettes, le double pour dans deux jours. Et sélectionnez différents coloris, histoire de varier un peu.
– Euuuuuuuuh savez-vous, Étourdissant Penseur Caligineux, qu’un seul réseau suffit pour surfer à partir de tous les ordinateurs du pays ?
– Ah bon ? Et de combien de ternettes disposent les Américains, je vous prie ?
– Hé bien, un seul. C’est le même qu’ici.
– Quoi ? Vous voulez dire que nous smurfons sur le ternette des Américains ?
– Oui, enfin si on veut. C’est eux qui l’ont inventé mais on ne peut pas dire que ça leur appartienne.
– Ça ne va pas du tout ! Il faut absolument que nous ayons construit notre propre ternette d’ici la semaine prochaine ! Il doit encore rester quelques parpaings sur le chantier du barrage. Ça ne suffira certainement pas, vous en recommanderez. De combien de tonnes de ciment pensez-vous avoir besoin ?
– Mais, Puissant Héros à la Sagesse Obvie, réalisez-vous que lorsque vous vous connectez au mur de laine de briques, ce site que vous appréciez tant, vous êtes déjà relié à internet ?
– Raison de plus pour commander des parpaings, imbécile.

Tranche de vie à Pyong Yang (37)

– Ouais ! Allez-y, cliquez. Cliquez, mais cliquez je vous dis ! Voilà. Ouais. Un peu plus haut. Encore. Encore. Ouais. Cliquez. Avancez maintenant. Encore. Encore. Allez mais bougez-vous un peu, là ! Vous êtes pas dans un simulateur de pique-nique en forêt ! Bon. À gauche, maintenant. J’ai dit à gauche, putain mais vous écoutez ce qu’on vous dit ? Vous en avez rien à foutre qu’un joueur chevronné vous donne de précieux conseils, c’est ça ?
– C’est juste qu’il n’y a rien à gauche, Incandescent Joyau du Digital, mais peut-être est-ce dû à un bug dans le programme.
– Ah non c’est plus loin en fait. C’est que vous vous traînez tellement, aussi. Même Josiane à côté serait plus rapide que vous.
– Je me nomme Pi-Yoon, Omnipotent Héraut Tonitruant la Nuit.
– Fermez-là Josiane, je vous ai pas sonné. D’ailleurs qu’est-ce que vous êtes en train de faire, vous ? C’est… c’est du bridge ? Dites-moi que ce n’est pas vrai. Vous vous foutez vraiment de ma gueule là, je ne rêve pas ? Vous croyez que l’état socialiste vous paye à jouer au bridge avec Omar Sharif ? Retournez à votre compta tout de suite sinon je ne réponds plus de rien. Quant à vous continuez d’avancer, bordel. Dire que si j’étais à votre place, il ne me faudrait pas plus de trois strafe jumps pour être au bout de la carte.
– Trois quoi ???
– Mon pauvre ami. Vous avez encore beaucoup de choses à apprendre. Contentez-vous pour l’instant de cliquer sur cette souris comme si votre vie en dépendait. Allez, mais allez ! Elle va pas vous mordre, merde. C’est pas comme ça que vous allez entrer dans ma team Quake, ça c’est certain. Bon Dieu, je vous prendrais même pas pour un Tetris. En plus regardez-moi ces traces de sueur que vous laissez partout sur les touches. C’est dégueulasse. On dirait qu’un Zerg s’est soulagé sur votre clavier. Un Zerg ou bien un Japonais, c’est selon. Qu’est-ce qu’il vous arrive, pour que vous transpiriez comme ça ? Vous avez un Pokémon dans le caleçon ? Votre perruque est trop épaisse ? Josiane était en train de vous polir le joystick juste avant que j’arrive, hmmm ?
– Je suis juste un peu nerveux, c’est tout, Virulent Héros Façonné d’Airain.
– Mouais. Vous êtes tellement nerveux que vous venez de crever en tombant d’un mur. Vos lacets étaient défaits et vous avez marché dessus, c’est ça ? Pfff… Vous me déprimez. Laissons là pour aujourd’hui. Connectez-vous plutôt au net, je veux voir s’il y a du nouveau sur le mur de laine de briques.

Tranche de vie à Pyong Yang (36)

– Comme vous pouvez le constater, Sublimissime Fruit du Destin Serratique, la percée du tunnel avance de manière satisfaisante. De nombreuses galeries secondaires sont également creusées pour permettre l’installation des armes innovantes autant que létales issues tout droit de vos laboratoires secrets. De ce côté on placera les missiles-taupes. À l’est, les foreuses de la mort. Leur attaque combinée sera fatale et la surprise totale. Les odieux sudistes seront complètement pris au dépourvu. Leurs alliés Américains ne pourront les aider en rien. Notre victoire sera absolue.
– …
– Démiurge Liminaire Surpassant en Suavité les Crèmes les Plus Sucrées ?
– J’étais en train de me dire, Xing, que vous avez l’air sacrément stupide avec ce ridicule casque rouge posé sur le crâne. Mais poursuivez, je vous prie.
– Euh, eh bien… Un second tunnel est creusé plus à l’ouest, au cas où celui-ci serait découvert. On a tous bossé comme des dingues. On a pensé installer un petit train pour acheminer les troupes plus vite. Ce sera pour le second tunnel, celui-ci est déjà plein à craquer de matériel nucléaire. C’est ce film, la Grande Évasion, qui nous a donné l’idée. On le regarde sans arrêt, pour se motiver. D’ailleurs les ouvriers m’appellent Xing McQueen maintenant, ah ah ah ah ahah… Fissible Épanaphore Virtuel ?
– Je ne sais pas, Xing… Pourquoi rouge ? Vous les auriez pris jaune, d’accord. Jaune c’est distingué et ça va avec tout. Mais rouge… Rouge !? C’est grotesque. Vous ressemblez à un pénis de taureau juste après la saillie. Ne riez pas, Kool, vous n’avez pas l’air plus malin. Enfin bon, ce qui est fait est fait, je suppose. Continuez.
– Alors euh… Ah oui, le petit train… Hmm… Comme le sous-sol est riche en charbon, on avait d’abord pensé à une petite locomotive à vapeur. Pour la facilité d’approvisionnement en carburant, tout ça. Ça semblait une bonne idée, sur le coup. En fait ça a été une épouvantable catastrophe. J’ai perdu 15 gars, tous morts asphyxiés. Du coup on a changé nos plans pour des draisines manuelles ou bien à pédales, on ne s’est pas encore vraiment décidé…

– En plus bon c’est pas un rouge très discret que vous avez choisi là. Je veux dire, des teintes de rouge, il en existe des moins salaces. Ça ne vous est pas venu à l’esprit, lorsque vous vous êtes décidé, je ne veux pas savoir pourquoi, pour du rouge, de vous orienter vers quelque chose de plus euh… de plus raffiné ? Un amarante un peu tanné par exemple, ou bien un carmin légèrement panaché, que sais-je encore ? N’importe quoi plutôt que cet écarlate à la limite du licencieux ? Non ? Enfin soit, le choix vous incombait, à vous et à vous seul. Reprenez, je vous prie.
– Je ne sais plus où j’en étais… Les draisines… On va les commander d’ici la semaine prochaine. On aimerait leur installer des lances-flammes à l’avant, dans l’improbable cas où les Sudcoréens se ressaisiraient et envahiraient les tunnels. Aussi on voulait les peindre en rou… jaune ! En jaune, on s’était dit que ce serait plus gai. Bref, dans un mois tout au plus, le réseau complet sera à pied d’œuvre et opérationnel. Vos puissantes armées n’auront plus qu’à s’engouffrer dans ces tunnels pour amorcer la réunification tant espérée du pays. C’est un ouvrage dont nous sommes fiers, ô Gracile Diamant Méthémérin.

– Remarquez, ça aurait pu être pire. Vous auriez pu prendre des casques bleus ! Ahahah ! Vous imaginez la tête des Sudcoréens vous voyant débarquer pour leur en mettre plein la gueule avec des casques bleus ? Ahahah ! Le bordel au niveau international ahahahah ! Ç’aurait été marrant, tiens. Alors que des casques rouges… Qui porte des casques rouges, je vous le demande ? Les Suisses ?
– Je… Je ne crois pas, non, Stuporeux Golem de Prodigalité. Aucune armée ne porte, à ma connaissance, de casques rouges. Ceux-ci étaient simplement destinés à notre équipe de forage, afin de se repérer plus facilement les uns les autres dans l’obscurité des tunnels. Je conçois que leur mérite esthétique n’est pas des plus élevé, mais cette lacune est à mon sens largement compensée par leur utilité. Je ne possède toutefois pas votre puissance d’analyse, Plantureux Parangon des Pépites Plurivoques. Cela étant, mon exposé est terminé. Si vous avez des questions ou des remarques, je les accueillerai avec joie.
– Juste une petite chose Xing, et tout à fait entre nous : ne vous flattez pas trop. Vous ressemblez beaucoup plus à Charles Bronson qu’à Steve McQueen.

Tranche de vie à Pyong Yang (35)

– Une dédicace ? Mais bien sûr mon vieux, avec grand plaisir. À quel nom je vous la mets ?
– À Kim Jong-Il, Étourdissante Superpolation Éthérée.

– Quoi ? C’est une plaisanterie ?
– Pas du tout, Aveuglant Éclat Pourfendant l’Ombre du Néant, j’ai l’incompressible honneur de partager avec vous ce patronyme que votre existence a rendu prestigieux.
– Ah bon ? C’est troublant, cette situation, dites-moi.
– Vous voulez dire que cela vous pose un problème existentiel sur votre rapport à l’identité ?
– Non, non, pas du tout, mais imaginez que vous cherchiez à usurper mon identité, là comme ça, et que vous en profitiez pour saboter la politique de notre pays. Ce serait très gênant. Vous pourriez, je sais pas moi, vous réconcilier avec les Américains, nourrir nos paysans, ce genre de sottises qui serait catastrophique pour notre stabilité.

– Oh mais jamais une chose pareille ne me viendrait à l’idée. Vous n’avez rien à craindre de moi, Fulgurant Apparat Des Dieux. Je suis un patriote invétéré. De plus et à mon grand désespoir, nous ne nous ressemblons absolument pas.
– Vous savez comment sont les Américains. Pour eux nous nous ressemblons tous. Cela me donne une idée, d’ailleurs. Je vous engage comme sosie officiel. Vous irez faire le clown à ma place quand Clinton viendra chouiner pour récupérer les secrétaires qu’on lui a piqué la dernière fois qu’il est venu. Elles ne méritent d’ailleurs pas leur réputation, vous pouvez m’en croire. Elles ont été très décevantes. Je suis un spécialiste en la matière, je l’ai traitée de fond en comble, si j’ose dire, et pour le coup j’ai été foutrement désappointé.
– De quoi voulez-vous parler, Incisif Sphynx Socialiste ?
– Laissez tomber. Revenons-en à cette histoire de sosie. Il faut bien l’admettre : j’ai eu là une merveilleuse idée, comme toujours. Étant donné que vous vous appelez déjà Kim Jong-Il ça nous épargnera des montagnes de paperasseries destinées à couvrir votre identité. Futé, non ? Je vais enfin pouvoir prendre des vacances.

– Je suis très honoré, Virulent Vestige de la Perfection, mais qu’adviendra-t-il de l’actuel sosie officiel ?

– L’actuel sosie officiel c’est moi, mon vieux. Bon maintenant filez-moi un stylo, que je vous signe votre bouquin.

Tranche de vie à Pyong Yang (34)

– Allez, quoi, les gars, je sais bien que vous êtes tous très attristés par la nouvelle de mon cancer mais c’est pas une raison pour tirer la tronche comme ça, merde ! On est ici pour se fendre la gueule, pas pour chialer comme des grand-mères. Qu’est-ce que vous croyez ? Que j’ai organisé ce camp d’été pour assurer la répétition de mon enterrement ? Colonel Wan, racontez-nous une histoire drôle, qu’on rigole un peu. Mais attention, hein, pas une que je connais déjà, sinon c’est corvée de latrines pendant deux semaines.
– Voilà qui est ardu, Merveilleux Géant Qui Se Rit De La Mort, étant donné que vous êtes l’humour incarné et que toutes les blagues passées, présentes et à venir ont reçu votre approbation avant d’être racontées de par le monde pour déclencher l’hilarité de l’humanité.
– Je sais bien Wan, mais il va falloir faire un effort. Inventez quelque chose, je sais pas moi, n’importe quoi.
– Alors, hum… C’est deux canards qui discutent. Le premier dit à l’autre : “Je vais me barrer. J’en ai marre de ce coin !” Et l’autre lui répond : “Où que tu ailles, tu feras toujours coin-coin.”
– …
– …
– C’est complètement naze, Wan, vous appelez ça une blague ?
– L’idée c’est que le deuxième canard pense que…
– J’ai très bien compris ce que vous vouliez dire Wan, mais je maintiens : c’est la blague la plus naze qu’il m’ait été donné d’entendre. Caporal Koon, une blague je vous prie. Tâchez de faire mieux que le Colonel Wan, même si ça ne devrait pas être trop dur.
– Je… J’ai une devinette, Envahissant Instinct Viril.
– Va pour une devinette. Je vous écoute.
– Qu’est-ce qui est blanc et qui va très vite ?
– Je ne sais pas Koon, dites-moi.
– Un avion !
– …
– …
– Vous vous foutez de ma gueule, Koon ? Vous avez vraiment cherché à faire pire que Wan ou c’est juste que vous vous partagez le quotient intellectuel d’un escargot trisomique ? C’est quand même pas compliqué merde, je vous demande de me raconter une blague. Pas un truc qui va me faire crever de rire, juste quelque chose d’assez drôle pour me faire esquisser le début d’un sourire. Ling ! Blague ! Maintenant !
– C’est l’histoire de deux boulons…
– Vous m’emmerdez profondément avec vos boulons, Ling. Depuis la foire du boulon, vous ne pensez plus qu’à ça. C’est à croire qu’on vous en a fourré une ou deux poignées dans le fondement. Vous n’allez vraiment plus bien, il faut vous faire soigner. On m’a même rapporté que vous avez prénommé votre dernier-né ‘Petit Boulon’.
– J’avais pensé l’appeler ‘Kim’, Fierté Fixée Au Monde Comme Un Boulon À La Calandre, mais c’est déjà comme cela que s’appellent ses huit frères et soeurs.
– Je vois, je vois. Qu’est-ce qu’il y a, Wan ?
– Rien ne sert de pourrir, il faut partir à coin.
– Vous aggravez votre cas, Wan, je suis au regret de vous l’annoncer. Vos cancans et vos coin-coin sont aussi amusants qu’un feuilleton taïwanais. C’est ma faute, ceci dit. Je n’aurais jamais dû vous demander de me raconter une blague. C’est clairement au-dessus de vos capacités, alors on va laisser tomber. Écoutez plutôt celle-ci : C’est une saucisse et un canard qui se rencontrent dans la rue. Le canard dit : “Oh ! Une saucisse qui marche !” et la saucisse répond : “C’est parce que j’ai loupé le bus”.
– …
– Alors ? Qu’est-ce que vous en pensez ?
– Je…
– C’est…
– Euh…
– Ma blague ! Qu’est-ce que vous en pensez ? Elle est drôle ou elle n’est pas drôle ?
– Ahahahahahahahah !
– Ahahahah !
– Ahahahahahahahahahahaha !
– Ahahaha c’est vraiment désopilant, Instance Du Rire Et Du Périr.
– Vous voyez ? Je vous avais bien dit qu’on allait s’éclater à ce camp d’été.